MARE - NOSTRUM

Forum du jeu de rôle en php "Guerres de Course"
Nous sommes actuellement le Novembre 21st, 2019, 6:18 am

Les heures sont au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Une entrevue improbable
MessagePublié: Décembre 26th, 2012, 1:10 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Août 12th, 2011, 8:24 am
Messages: 205
Zdravko Vladic ruminait. Il avait dû passer sa journée à cirer les chausses de dignitaires vénitiens en mal de reconnaissance. Comme si un armateur tel que lui était inférieur à ses marchands bouffis d'orgueil !

mais la pensée de ce qui allait suivre le rasséréna. Il monta sur sa tartane et quitta rapidement le port de Split pour gagner son domaine tout proche. Débarqué sur le quai principal du repaire d'Okrug Gornji, il tomba presque nez à nez avec une galère barbaresque. Il sourit et se rendit à l'auberge du port.
Il remarqua vite les archers bosniaques de la galère et remarqua une légère fumée s'échappant d'une alcôve. Zdravko s'approcha ; il découvrit alors l'homme qu'il recherchait. Un grand algérien au teint bistre se tenait là, un narguilé devant lui et une tasse de café entre les mains.


<< Assalam Malekum !
- Malekum Assalam Tremahïn ! Mon ami, je t'ai beaucoup attendu aujourd'hui.
- Oui, j'en suis navré. J'ai été obligé de discuter avec de nombreux vénitiens malheureusement.
- Ah oui ? Ne sont-ils pas satisfaits de tes navires ?
- Ils ne le sont que lorsque leurs marchandises arrivent à bon port mon ami.
- Oh ? Quelle coïncidence inouïe. Il se trouve que mon maître apprécie qu'elles n'y arrivent pas. Seraient-ils donc ennemis ?
- Si tout ceci vous amuse, Abu soliman Ali Al-Mansur ben Abu Ishaq Yusef Al Bingazi, sachez que j'ai reçu une missive d'un seigneur de Venise qui m'ordonne de préparer une rencontre entre lui et un seigneur d'Algérie. Un certain Venanzio Arimondo.
- Je n'ai jamais entendu ce nom là. Que lui avons nous pris ?
- Pour le moment je ne sais pas, j'attends quelques précisions. Bien évidemment, j'ai juré n'avoir aucune accointance avec les Ottomans ou leurs vassaux. Je lui ai même soutenu que je vous combattait âprement et qu'il me faudrait du soutien pour prendre l'une de leurs galère et entrer en contact avec eux. Ce Venanzio va mettre des troupes à mon service pour me permettre de vous capturer.
- Hahaha ! Cela fait bien nos affaires n'est-ce pas ?
- Sans aucun doute. Si la menace septentrionale venait à se préciser, les troupes impériales qui viendraient traquer le rebelle croate Tremahïn Abdel Qrôh se retrouveraient face à des troupes vénitiennes on ne peut plus chrétiennes. De quoi jeter un froid entre les impériaux et les vénitiens. Mais pendant ce temps, vous et moi pourrons jouir du commerce de l'Adriatique en toute quiétude mon vieil ami.>>

_________________
Les Vénitiens le traquèrent avant que son nom soit connu
Toute l'Europe le chassa sous le nom de Tremayne Crow
Les Ottomans le recueillirent sous le nom de Tremâhïn Abdel Qrôh
Seuls les vieux croates l'appellent encore Zdravko Vladic


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Une entrevue improbable
MessagePublié: Janvier 2nd, 2013, 3:51 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Août 12th, 2011, 8:24 am
Messages: 205
Le repas battait son plein. Les deux compères étaient restés à l'auberge et se délectaient désormais de volailles et de charcuteries, rehaussées d'une sauce au vin vénitien et accompagnées de café Ottoman.
<<... il m'a supplié de ne pas le jeter par-dessus bord, arguant qu'un noble commerçant méritait mieux. Je lui ai demandé ce qu'il pouvait bien me garantir pour que je ne l'envoie pas rejoindre les sirènes et devine ce qu'il m'a dit : Il m'a promis l'or qui était caché sur le bateau que je venais d'arraisonner ! Ahahaha ! Tu penses bien, avec un humour semblable je n'ai pu m'empêcher de l'épargner.
- Et où est-il maintenant ce capitaine ?
- Dans une geôle de ma galère. J'ai pu lire dans le journal de bord qu'il était effectivement noble, alors je le garde en otage jusqu'à ce que sa famille me paie sa rançon.
- Ali, tu les vends combien d'ailleurs ? La dernière fois que j'ai fait prisonnier un marchand vénitien, sa famille m'a versé 20 livres or pour que je le libère.
- Tout dépend de l'importance du bonhomme. Récemment, un otage génois m'a rapporté près de 200 livres or !
- Autant pour libérer un otage ?
- Non, pour que je le garde ! C'étaient ses ennemis qui m'avaient contactés les premiers ! Ces chrétiens étaient convaincus que j'allais le tuer au prétexte que des serpents sans honneur comme eux allaient me le demander, mais je ne l'ai pas fait. J'ai relâché le bougre à Insula, entre les mains des hospitaliers, en même temps qu'une cargaison de prisonniers qu'ils ont payé pour libérer.
- Tu vends tes esclaves aux hospitaliers ?
- Je suis un défenseur du Djihad maritime mon ami. Je vends mes prises, biens comme prisonniers, à quiconque les paient du moment que cela nous permet de finance le Djihad. Si les chrétiens paient des esclaves afin de leur rendre la liberté, pour moi c'est la même chose qu'un commerçant Mogol. Mais les chrétiens ont l'avantage de vivre plus près.
- à propos, ne voudrais-tu pas rencontrer ce Venanzio Arimondo pour moi ? Il veut parler en personne à un chef barbaresque.
- Pourquoi pas, bien que je ne connaisse pas ce nom. Mais ce sera à lui de venir jusqu'à moi en ce cas.
- Si la rencontre a lieu en terres croates, il vaudrait mieux que tu fasses accoster ta galère ailleurs pour ne pas attirer l'attention des vénitiens.
- Tu veux dire dans la crique à l'ouest du quai d'Okgrug Gornji ?
- Non, celle de l'autre côté de la falaise.
- Ah, celle où nous débarquons après avoir pillé des marchands vénitiens.
- Voilà, la baie qui donne sur la passe de Trogir.
- Idéal pour quitter la région sans se faire remarquer. Il n'y a pas de risque qu'ils trouvent les postes avancés ?
- Depuis qu'ils ont pris Raguse, nous avons redoublé d'efforts pour dissimuler nos postes de surveillance côtiers et les chemins de cabotage qu'ils indiquent.>>

_________________
Les Vénitiens le traquèrent avant que son nom soit connu
Toute l'Europe le chassa sous le nom de Tremayne Crow
Les Ottomans le recueillirent sous le nom de Tremâhïn Abdel Qrôh
Seuls les vieux croates l'appellent encore Zdravko Vladic


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Une entrevue improbable
MessagePublié: Janvier 10th, 2013, 11:30 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Juin 19th, 2011, 12:21 am
Messages: 422
Pendant que les deux homme ripaillaient, un jeune enfant Croate, aporta une missive. L'ayant remise, il resta néanmoins planté devant la table des deux hommes. Assurément, il attendait sa pièce...

_________________
Image


Dernière édition par Venanzio Arimondo le Janvier 10th, 2013, 11:38 pm, édité 1 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Une entrevue improbable
MessagePublié: Janvier 10th, 2013, 11:30 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Juin 19th, 2011, 12:21 am
Messages: 422
Venanzio Arimondo a écrit:
Mon cher Amy,

J'espère que vous vous portez bien et que vos affaires vous mènent sur le chemin de la prospérité. Vous et votre peuple, sous la bienveillante et ordonnatrice main de Venise.

Je suis ravi d'apprendre, par vostre dernière correspondance, et ce dans un Vénitien fort soutenu, que vous alliez oeuvrer du mieux que vous pourriez afin d'organiser une rencontre avec l'engence barbaresque.
Je vois, Mon cher, avec un immense playsir que vous avez trouver où étaient vos intérêts et que vous avez fort bien compris que vous deviez faire preuve d'intelligence, pour la bonne suite de vos petites affaires, qui si j'en crois les langues bien pendues du palais des Doges ne seraient pas toujours bien claires... Mais loin de moi l'idée de prêter attention à de tels ragots...

Voyez-vous, je n'apprécie sans doute pas plus que vous l'actuelle mandature Dogale et croyez-bien que si je puis, avec vostre soutien stratégique et à travers vos possessions faire fructifier une certaine idée de Venise plus proche de l'humanisme, je ne m'en priverai pas.

Vous pourrez, tant que je serai en vie, et plus encore si je devais occuper d'importantes places au prochain Conseil, diriger vostre domaine comme bon vous semble, mener vos affaires à vostre guise qu'elles fussent de bon aloy ou non... et même, oui, même vous voir dispensé d'impôts pour vostre exemplarité à la bonne défense de la cause Vénitienne qui est la mienne...

Evidemment, vous comprenez bien, toute chose égale par ailleurs, que s'il m'arrivait malheur, et étant sans doute le seul seigneur miséricordieux à l'attention de vostre peuple, sur Venise, vous risqueriez fort une spoliation, voire pire.
D'autant que mon notaire, ce ladre d'Armando Elibori conserve, bien précautionneusement, en ses coffres, mes testaments cachetés... et que par quelques concours de circonstances, sans doute un soir de beuverie, vous savez ce que c'est puisque vous n'este point mohametan, n'est-ce pas, bref il se trouve que je ne lègue point que des biens, dans ma décharge testamentaire, mais également beaucoup de vérités, concernant les choses de ce monde. Et parmi les choses de ce monde, voyez-vous, il en est certaine qui concernent la Vénitienne Croatie... et ses Seigneurs... Comprenez bien ainsi que vos intérêts, désormais, dépendent aussi des miens, de mon bonheur et de ma bonne santé.

Mais cessons de palabrer en affaires, voulez-vous ! Ce n'est point ce qui nous est le plus playsant, dans cette vie, n'est-ce pas ? Pensons d'avantage à célébrer la vie ! En cela je suis heureux de vous apprendre que quittant Insula ce prochain dimanche, ma flotte fera route vers la Sérénissime et mouillera au large de la Croatie Vénitienne, et donc de vos terres, en fin de semaine prochaine. Si bien entendu, le grand architecte nous en laisse le loysir. Nous aurons alors sans aucun doute la joie de pouvoir partager le culte de l'office dominicale ensemble, dans l'une de vos bien belles chapelles...

Aussi monsieur, il va de soi que nous passerons quelques temps sur vos terres, moi et mes hommes. Quelques temps que nous souhaitons festifs et amicaux. Pensez donc à ce que digne hébergement en vostre demeure nous soit réservé. Nous festoierons en l'honneur de nos bons accord et de la Vénitienne Croatie ! Et si donzelles vous pouviez convier, par la même, car je sais les blondes Croates fortes accortes, cela nous ravirait au plus haut point, croyez-moi.

Enfin, si vous aviez l'obligeance de me préparer l'entrevue avec ce barbaresque de vos amys, j'en serais fort aise. Il vous reste une semaine. Connaissant vostre intelligence et vostre talent de persuasion, vous n'aurez pas grand mal à me présenter un Chef Mauresque ou Algérois digne de ce nom, pour le dîner, j'en suis certain. D'autant que vous n'êtes pas sans savoir qu'il serait fort fâcheux que le destin nous prive d'un tel hôte... Pour vostre bonne motivation, Mon Sieur, croyez-bien que les quelques hommes promis, leurs armes, ainsi que quelques précieuses ressources, seront mis à vostre disposition dès que nous aurons eu pleine satisfaction.

Bien à Vous,

Seigneur Venanzio Arimondo De Treviso, Patricien Electeur de la Sérennissime République de Venise.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Une entrevue improbable
MessagePublié: Janvier 15th, 2013, 12:34 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Août 12th, 2011, 8:24 am
Messages: 205
Ali lut la lettre à la suite de Zdravko et renifla avec dédain :
<< Ce coquin gâcherait presque notre repas avec ses menaces à demi voilées. Mais comment diable pourrait il connaître des vérités sur toi mon ami ?
- Quand on s'est vu condamné à mort pour piraterie dans la moitié du monde connu au cours de sa jeunesse, on risque toujours de laisser quelques traces. De plus, mon frère est au service de Venise. Il n'est pas dit que ce traître ne soit pas allé jusqu'à dénoncer son propre sang.
- Qu'Allah te préserve d'une si cruelle éventualité mon ami. Nous saurons bien assez tôt sur ses intentions réelles de toute façon. Où souhaites tu accueillir un tel dignitaire ?
- N'importe où sauf ici. Il n'est pas question qu'un seul vénitien mette un jour un pieds à Okrug Gornji. Nous serions plus en sécurité et en position de force, mais les installations de cette île doivent demeurer secrètes et les vénitiens ne doivent pas être en mesure d'évaluer notre force réelle... Nous festoierons donc dans mon manoir de Split. Mes hommes t'y emmèneront par la chaloupe faisant la liaison entre Slatine et le port de Split.
Mon garçon, dit-il en se tournant vers le jeune garçon, je n'ai plus faim. Pour ta peine, mange donc ce que tu veux à cette tablée. Ali, je dois répondre à notre vénitien. A plus tard. >>

Zdravko Vladic a écrit:
Gospodar Arimondo,

Ce sera une immense joie pour moi que d'accueillir un dignitaire vénitien tel que vous en ma demeure. Je viendrai vous chercher moi-même au port de Split lorsque vous arriverez. Je ferai préparer les plus belles chambres de mon manoir familiale pour que vous séjourniez dans les meilleurs conditions.
Quant aux navires de votre escorte, ils pourront mouiller dans le chantier naval que nous possédons à l'arsenal. Vous ne serez pas déçu de l'entretien que mes gens apporteront à vos navire en préparation à votre retour à Venise. A vivre coincés entre la République de Raguse au sud, l'empire Ottoman à l'est et les pirates à l'ouest, nous autres armateurs de Dalmatie sommes devenus hors-pairs en ingénierie navale. Comme vous le savez sans doute, c'est d'ailleurs de là que j'ai constitué ma fortune : en se fiant à mes navires et à mes équipages, les marchands vénitiens peuvent être sûrs que leurs marchandises arriveront sans encombre à destination.
Certains sont si satisfaits qu'ils m'offrent en remerciements des grands crûs italiens et provençaux parmi les meilleurs. Nul doute que vous apprécierez d'y goûter lorsque nous dinerons en bonne compagnie.

Quant à notre fâcheuse affaire barbaresque, je pense avoir débusqué un homme qui vous siéra. Le prince Abu soliman Ali Al-Mansur ben Abu Ishaq Yusef Al Bingazi, un redoutable capitaine barbaresque réputé dans toute la Cyrénaïque et respecté des seigneurs d'Alger.
J'espère qu'il pourra vous renseigner sur ce qui vous intéresse.

Gospodaru uskoro,
Zdravko Vladic

_________________
Les Vénitiens le traquèrent avant que son nom soit connu
Toute l'Europe le chassa sous le nom de Tremayne Crow
Les Ottomans le recueillirent sous le nom de Tremâhïn Abdel Qrôh
Seuls les vieux croates l'appellent encore Zdravko Vladic


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Une entrevue improbable
MessagePublié: Janvier 17th, 2013, 1:07 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Juin 19th, 2011, 12:21 am
Messages: 422
La réponse du Vénitien ne tarda pas à parvenir à Qröh...

Citer:
Mon Amy,

Vous me voyez honoré de l'accueil que vous projetez à Split ! Je ne mérite pas autant d'égard, croyez-le bien !

Ainsi je préfèrerai, étant quelqu'un de simple et de populaire, directement séjourner de manière rustique sur vos terres !
Nous sommes semblables, finalement, vous et moi. Nous sommes Vénitiens mais également des gens de la terre... Croyez moi, Mon Amy, je serai plus heureux et plus à mon aise, sur vos domaines ! J'apprécie en effet les conforts simples et me contente, pour festoyer, d'un ou deux sangliers fraichement chassés.

Point de jeux de cours, entre nous, mon amy... Vous êtes tout comme moi, un homme de la République de Vénise, proche de la terre.
Nous ne sommes point de ces Seigneurs imbus d'eux-mêmes, comme ceux qui, dit-on, plus au nord, dépassent leurs prérogatives sur les terres qu'on leur octroie en concessions... au nom des intérêts d'un Doge que je ne soutiens guère...

Alors, de grâce, je me contenterai d'un mouillage dans vostre crique et d'un accueil simple et authentique ! Split sera bien de trop, pour nostre petite fête...

Nous mettrons donc pied sur vos domaine, si le Grand Architecte nous en laisse le loysir, ce prochain dimanche.

Bien à vous,

Seigneur Venanzio Arimondo De Treviso, Patricien Electeur de la Sérennissime République de Venise.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Une entrevue improbable
MessagePublié: Janvier 19th, 2013, 9:05 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Juin 19th, 2011, 12:21 am
Messages: 422
ImageImageImageImageImage

Après quelques jours de navigation par bons vents, la flotte du Véniten Arimondio, composée de 5 navires, dont 2 Galéasses et 3 Galions de guerre, mouillait dans la crique bordant le domaine d'Okrug Gornji. L'Adriatique, en ce mois de janvier, était d'un bleu argenté qui se mélangeait au gris du ciel. La côte Croate qui semblait ciselée par d'improbables Dieux antiques inspira au Vénitien quelques poèmes.

- BRANLE-BAS DE COMBAT ! hurla le maitre de quart du galion amiral. Galère de la Barbaresque engence à tribord !!!

Venanzio Arimondo qui rêvassait en fixant le littoral depuis la vaste baie vitrée du château de son navire, leva les yeux au ciel, face au vent de panique qui semblait saisir l'équipage. Il délaissa momentanément son travail d'écriture pour monter nonchalamment sur le pont, armé de sa longue vue... Un somptueux objet finement décoré qu'il avait jadis subtilisé à un navire Ottoman....

- Allons ! Allons, mes Amys ! Fausse allerte !

Les hommes abandonnèrent alors leur garde.

- Jetez l'ancre et armez chaloupe afin que nous mettions pied à terre... Vénitienne...

- Ici, Mon Seigneur ?
Demanda le Capitaine, inquiet.

- Ici ! Nous allons passer quelques temps ici, pour affaire et je tiens à ce que nous revêtions une atitude des plus... diplomates... Que l'on prépare mes coffres, quelques tonneaux de nos meilleurs Proseccos, et que l'on me pare de mes plus beaux atours.

- Bien Mon Seigneur...

- Cependant... Je tiens aussi à ce que les deux tiers de nos hommes restent sur nos navires et soient prêts à en découdre, avec la plus grande fermeté, si ordre leur en était donné... ou si je n'étais pas de retour mardi soir avant la Vingtième heure... Vous auriez alors devoir d'appeler en renfort nos meilleurs alliés... et liberté de détruire, mettre à sac et piller ce domaine... ainsi que ses habitants.


Le Capitaine s'affaira à donner les ordres et 5 chaloupes, une par navire, furent mise à l'eau. Au total, une cinquantaine d'hommes en armes y prirent place pour escorter le Vénitien. Se faisant, les chaloupes mirent le cap sur le petit port du Domaine d'Okrug Gornji. Arimondo De Treviso prit un certain plaisir à observer le domaine, par le prisme de sa longue vue et à mesure que les embarcations se rapprochaient du petit port, il ponctuait sa silencieuse et méticuleuse observation de "tiens donc" tant intrigués qu'amusés...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Une entrevue improbable
MessagePublié: Janvier 22nd, 2013, 2:59 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Août 12th, 2011, 8:24 am
Messages: 205
<< Bon sang, comme je déteste qu'un bougre vénitien s'invite en ma demeure... comment diable a-t-il appris l'emplacement de mes terres d'ailleurs ? Je ne les ai pas acquises de voie vénitienne.

Zdravko maugréait depuis réception de la dernière missive de l'électeur. Il avait fait déplacer la plupart des bâtiments de sa flotte personnelle pour que son invité ne puisse les voir, tandis que la galère barbaresque mouillait fièrement au quai, encadrée par deux galions de guerre pour leur part aux armoiries dalmates.
Un peloton de la garnison accompagnait le seigneur des lieux tandis que la plupart des troupes s'étaient retirées dans le fort au cœur de l'île.
Voyant les cinq chaloupes mises à l'eau, il arbora un sourire enjôleur comme seuls les tueurs serbes et les armateur savent en avoir [à l'approche d'un client]. Il s'avança jusqu'au ponton pour recevoir en premier le patricien.


Bonjour monseigneur, c'est un réel plaisir de vous accueillir sur mes terres. Je crains malheureusement ne pas pouvoir constituer un hôte digne de ce nom. Il n'y a pas grand chose d'autre que de la pierre sèche et quelques chèvres sur cette petite île qu'on appelle mon domaine !
Suivez-moi, le prince barbaresque vous attend dans la demeure seigneuriale. >>

_________________
Les Vénitiens le traquèrent avant que son nom soit connu
Toute l'Europe le chassa sous le nom de Tremayne Crow
Les Ottomans le recueillirent sous le nom de Tremâhïn Abdel Qrôh
Seuls les vieux croates l'appellent encore Zdravko Vladic


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Une entrevue improbable
MessagePublié: Janvier 22nd, 2013, 10:39 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Juin 19th, 2011, 12:21 am
Messages: 422
Le Vénitien mit pied à terre et exécuta une brève révérence à l'intention de Qrôh.

- Mon Amy ! Je suis honoré de mettre pied en vos domaines et suis fort surpris d'y trouver un port moins important que ce que l'on nous rapporte habituellement... Mais sans doute les côtes escarpée qui bordent ces terres... Vénitiennes... recèle-t-elle des surprises qui corrélerons les dires de nos fameux contrôleurs...

Un sourire barrait son visage.

- Quoiqu'il en soit, Mon Amy, vous semblez estre un bon gérant des intérêts de nostre république et en cela, mon rapport vous concernant ne sera point mauvais... Puis je ne suis point là, vous vous en doutez, pour establir inventaire de nos avoirs sur ce comptoir... Soyez-en rassuré... Je vois que vostre habileté n'est point légendaire et que vous avez parfaitement réussi, et je n'en attendais pas moins de vous, à convoquer en ce lieu un chef barbaresque. En cela, soyez félicité.

Il fit un signe de la main et une dizaine de ses hommes s'affairèrent à décharger les chaloupes.

- Comme convenu, voici pour vous... Quelques présents... De la Grappa, du Proseccos et quelques armes promptes à renforcer la puissance de nostre Sérénissime...


Il posa une main chaleureuse sur l'épaule de Qrôh.

- Je ne suis pas qu'un mondain, mon cher. Je sais apprécier les choses authentiques et rustiques... Allons festoyer en vostre demeure, fut-elle modeste ! Et recevons, comme il se doit, ce représentant Renégat... de vos amys...


Vingt homme reçurent ordre de rester près des chaloupe. Le Vénitien et trente autre soldats suivirent Qröh en sa demeure.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Une entrevue improbable
MessagePublié: Janvier 29th, 2013, 11:19 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Août 12th, 2011, 8:24 am
Messages: 205
L'imposant groupe remonta le quai, jusqu'à s'avancer sur un chemin escarpé menant à une sorte de falaise.
Les quelques badauds du coin, peu habitués à voir autant de soldats en même temps à moins d'aller à la taverne, se retournaient tous sur le passage de l'étrange procession.

La pente finit par déboucher sur une demeure mi-troglodyte mi-romaine. Ses murs blancs réverbéraient la lumière du soleil dans le visage des soldats, tandis que quelques mouettes paressaient sur le toit de tuiles rouges.
Zdravko guida Arimondo jusqu'à l'atrium et son impluvium.
Devant eux, majestueuse, l'immense façade de roche brute. Le chemin de l'atrium en longeait le bord, percé en son centre d'une porte aux parois polies.
L'antre troglodyte était beaucoup plus sombre, éclairée de torche malodorante, et beaucoup plus humide. Si des escaliers menaient à des appartements éclairées par des trouées dans la falaise, un autre escalier, bien plus imposant, semblait descendre jusque dans les profondeurs insondables des enfers.

<< Seigneur Arimondo, vous logerez à l'étage durant votre séjour ici. Cette escalier là descend vers une salle d'arme et vers des réserves ; vos hommes pourront y dormir, la salle d'arme est entièrement tapissée et sert aussi de dortoir à une partie de la garnison du domaine.
Maintenant, veuillez me suivre : le prince Abu soliman Ali Al-Mansur ben Abu Ishaq Yusef Al Bingazi nous attend dans l'un des salons qui bordent l'atrium.>>

Débarrassés de la troupe, qui entreprit de se débarrasser de sa cargaison, les deux hommes retournèrent à l'air doux et marin de l'atrium. Zdravko fit signe à Arimondo de passer devant. Ce dernier s'exécuta, et franchit le pas d'une porte sur leur gauche.
La pièce était dans la pénombre, éclairée de quelques torches où de l'encens avait été disposé. Le sol couvert de coussin laissait découvrir un espace circulaire encadrant une table basse. Juste à côté de cette table se tenait un grand homme au teint bistre. Il avait disposé sur elle un service de tasses et un narguilé, attendant visiblement le nouveau venu.

<< Assalam Malekum seigneur de Venise. Il parait que vous souhaitiez parler à un seigneur d'alger ; désirerez vous du café pendant que nous parlons ?>>

_________________
Les Vénitiens le traquèrent avant que son nom soit connu
Toute l'Europe le chassa sous le nom de Tremayne Crow
Les Ottomans le recueillirent sous le nom de Tremâhïn Abdel Qrôh
Seuls les vieux croates l'appellent encore Zdravko Vladic


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Les heures sont au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers:  
cron
[ Administration ]

 © GUERRES DE COURSE 2011 - 2021
Le jeu vidéo, avec ses univers persistants et virtuels, nous permet de ressentir une époque, de s’y confronter, de la vivre un peu afin de mieux comprendre ses enjeux et de mieux comprendre d’où nous venons. Sur ce constat, en 2007, notre groupe d’informaticiens, historiens et artistes s’est formé pour concevoir des jeux vidéos historiques, mono ou multijoueurs. David Treviz : (Fondateur - Développeur - Administrateur) / Octavien Clairdel (co-Fondateur - Administrateur - Conseil historique) / Särge (Designs - Dessins) / Alice P. (Animatrice RP - Conseil historique). Ecrire à l'équipe -->

Accès au jeu -->